Actualités multimedia

L’État se mobilise pour lutter contre les cyberattaques

Le 25/01/2018

Recruter des militaires et des gendarmes « cyberspécialisés » et dispenser les bonnes pratiques aux entreprises et aux particuliers sont au programme du gouvernement.

Le Forum international de la Cybersécurité (FIC), qui s’est tenu les 23 et 24 janvier à Lille, a été l’occasion pour le gouvernement de faire quelques annonces en matière de lutte contre la cybercriminalité. Florence Parly, ministre des Armées, a ainsi tenu à rappeler le rôle toujours plus important joué par le numérique dans les « champs de bataille ». Dès lors, afin « d’anticiper les menaces, détecter et attribuer les attaques, et protéger nos réseaux, répliquer le cas échéant », de nouveaux moyens viendront doter la défense d’ici 2025. Le ministère des Armées devrait ainsi recruter 1 000 spécialistes en renfort des 3 000 « cybercombattants » déjà en poste. En outre, annonce la ministre, « le projet de loi de programmation militaire prévoit qu’entre 2019 et 2025, les armées consacrent 1,6 milliard d’euros à la lutte dans l’espace numérique ».

Un kit de sensibilisation

Gérard Collomb, en charge de l’Intérieur, dresse un constat similaire et entend également mobiliser la police, la gendarmerie et la sécurité intérieure, grâce à l’élaboration d’une « feuille de route cyber », pour prévenir et gérer les cybermenaces et plus largement lutter contre la cybercriminalité. En outre, 800 gendarmes spécialisés devraient être recrutés d’ici 2023 par le ministère de l’Intérieur. Le nombre de ces professionnels de la lutte contre les cybermenaces présents dans la gendarmerie atteindrait ainsi 1 600.

Dans le même temps, l’accent a été mis sur la nécessité de sensibiliser et de former aux bonnes pratiques dans ce domaine. À cette fin, les préfectures, les commissariats et les brigades de gendarmerie seront bientôt dotés d’un kit de sensibilisation élaboré par la plate-forme d’Assistance et de prévention de la cybermalveillance (Acyma). Composé de vidéos, d’infographies et de fiches pratiques, il s’adresse aux particuliers comme aux professionnels. Pour recevoir gratuitement ce kit dès qu’il sera terminé (avant l’été 2018), un formulaire de préinscription est ouvert sur le site cybermalveillance.gouv.fr (rubrique : menu/inscription au kit de sensibilisation).

Par : Frédéric Dempuré

<< Retour